Menu de navigation

Et même arrivés à San Francisco, ville mythique des Etats-Unis, et pour cause, il s’agit d’une des rares métropoles américaines ayant une vraie âme et des quartiers de vie au lieu de gratte-ciel! Mais là n’est pas encore le sujet, nous voulons d’abord revenir sur notre première semaine de vélo, puisque ça y est, nous voilà partis à l’assaut des routes américaines pour un petit bout de temps!

Notre départ a d’abord été quelque peu compromis, puisqu’il nous manquait encore un vélo lundi matin, soit à la date prévisionnelle de notre départ d’Arcata. Le vélo acheté d’occasion pour Julien, réservé de longue date sur un site de petites annonces, a bien vite montré ses faiblesses dès les premiers tours de roues la veille du départ. Avant de parcourir 1600 kms, une monture dont les manettes de vitesses se cassent dès la première sortie ont de quoi inquiéter… Nous avons donc remis le vélo à son ancien propriétaire, bien que nous n’ayons alors pas encore de « plan B ». C’est là que Robert entre ici encore en scène… oui, nous vous en avions déjà parlé lorsque nous avions évoqué le gentil cycliste d’Arcata qui nous a hébergé de la meilleure des manières en attendant notre départ. Le lundi matin, « Bob » nous a sorti d’on ne sait où un vélo tip top, qu’il nous a demandé de bien vouloir accepter pour les 3 semaines pendant lesquelles Julien nous accompagnera, puis de lui renvoyer depuis notre destination finale Las Vegas. Malgré notre embarras devant tant de bienveillance (et encore plus étant donné le vélo haut de gamme que nous avions en face de nous), on n’a bien évidemment pu refuser une telle proposition, et nous sommes donc partis avec  seulement quelques petites heures de retard sur le programme initial en direction du sud.

Départ
Départ d'Arcata
Proche d'Arcata

Les premières heures se déroulent pour le mieux, avec un parcours plat et un vent fort de dos… des conditions idéales pour le démarrage! Et pourtant, les rares montées nous rappellent vite que nos montures ne valent pas celles que l’on a la maison, que nos chargements sont lourds (et nous aussi par la même occasion), et que nous n’avons pas roulé depuis… quelques mois! La première « demi-étape » de 80 kms sera donc bien suffisante avant de relier le camping au milieu des bois où les bières sont offertes par la maison (du moins aux cyclistes en tous cas!).

La deuxième journée commencera tranquillement et d’une belle manière sur « the avenue of the giants », une route large et droite (jusque là tout va bien, c’est la norme aux Etats-Unis) bordée de séquoias d’une taille et d’une largeur impressionnantes. La deuxième partie de la journée sera plus animée : nous avions en effet le choix entre prendre l’autoroute sur près de 70 kms, ou bien une piste sur quelques 40 kms. Notre passé de VTTistes nous a bien sûr menés vers la deuxième option, qui s’est révélée bien aventureuse puisqu’il s’agissait bien d’un chemin poussiéreux, plein d’ornières et de caillasses au milieu des bois. Pas vraiment l’idéal avec des vélos de cyclos, des sacoches et la remorque pour Ludo. Nous avons eu la chance de trouver une source d’eau au beau milieu de cet environnement aride vers 18h45, un vrai salut presque inespéré qui a donc constitué notre halte pour la nuit.
Le lendemain, encore 28 kms à parcourir sur la piste avant de rejoindre la civilisation… et d’admirer enfin le bord de mer que nous savions si proche sans jamais pouvoir l’apercevoir tant le couvert forestier était dense. Le reste de la troisième journée est passée presque les doigts dans le nez, après des chemins caillouteux le retour sur la route paraît facile!

Nous ne quittons alors plus le bord de mer jusqu’à San Francisco, et ce n’est pas pour nous déplaire… entre falaises rocheuses, landes, pâturages très verts, villages de pêcheurs ou hippies, les paysages sont vraiment beaux et font souvent oublier la difficulté physique d’un littoral toujours très vallonné. Les étapes sont alors bien souvent un peu rallongées en fin de journée, et nous nous mettons pour objectif d’atteindre San Francisco samedi midi afin de profiter de la ville et d’avoir plus d’une journée de « repos » avant de repartir. L’objectif sera atteint, puisque nous arriverons au pied du Golden gate (le pont le plus connu des Etats-Unis, ou du monde si l’on en croit les américains toujours très fiers  ;-)) le samedi en fin de matinée.

San Francisco on est là!
Elle est toujours là oui!
Golden gate
Gloden gate en drôle de tenue (ça change de celle des jap')

Les jambes sont fatiguées après environ 550 kms parcourus en 5 jours… Nous ne regrettons cependant vraiment pas le choix du parcours, qui s’est révélé largement à la hauteur de nos espérances niveau paysages! Nous avons aussi eu la chance de rencontrer d’autres cyclistes au long cours qui descendaient le long de la « Road 1 » vers le sud (et parfois depuis le Canada, avec des vélos plus lourds que les nôtres ou même un enfant dans la remorque!!), avec qui nous avons partagé des  petits bouts de route (voire de chemin). Nous avons aussi été accueillis une nuit chez Judy, qui héberge des cyclotouristes de passage dans son jardin.
Nous allons décidément nous sentir bien redevables en rentrant en France après avoir reçu tant d’accueils chaleureux!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *