Menu de navigation

Après des journées de transports éprouvantes, nous avons rejoint le Vietnam du côté de Dien Bien Phu (vu la durée limitée de notre séjour vietnamien, nous ne ferons pas de nouvelle rubrique spécifique à ce pays). Bien que nous n’ayons véritablement programmé notre passage dans cette ville (c’est plutôt la possibilité de passage de la frontière qui nous a décidé), nous n’avons pas regretté la visite.

D’abord parce que cela nous a permis de démarrer tout doucement notre découverte du Vietnam par une ville de taille limitée. Et cela ne nous a pas déçus, puisque nous avons d’emblée eu un très bon accueil de la part des vietnamiens, qui se montrent toujours souriants et prêts à discuter ou à vous aider (même s’ils ne parlent pas anglais!). Après avoir trouvé le Laos très beau et très (parfois presque trop) calme, nous avons retrouvé au Vietnam la vie qui grouille des villes, le bruit des klaxons, des magasins (qui sont quasi absents au Laos, qui reste encore très à l’écart de la société de consommation), et surtout… des karaokés de partout, c’est vraiment une institution ici (ne nous demandez pas si on y a été, on ne parle pas encore le vietnamien donc on est dispensés).

Ensuite parce que nous avons pu approfondir notre cours d’histoire datant du collège sur les guerres d’indépendance des colonies françaises. En effet, Dien Bien Phu est un des lieux majeurs de la guerre d’indépendance du Vietnam, puisqu’il s’y est déroulée une des batailles les plus meurtrières entre troupes vietnamiennes et françaises. Nous nous sommes donc rendus au musée de la bataille de Dien Bien Phu, qui nous a beaucoup « amusés » de par sa façon de raconter l’histoire… avec un léger parti pris pour l’armée vietnamienne bien sûr. Nous avons retenu pour vous quelques formulations de traductions françaises de légendes de photographies qui vous permettront d’en juger par vous-mêmes :

– « La faible contre-attaque des troupes colonialistes face aux soldats bénévoles vietnamiens »

– « Situation malheureuse des soldats français dans les champs de bataille de Dien Bien Phu »

– « Devant la force d’attaque des troupes vietnamiennes, les soldats français se fourrent dans la tranchée pour éviter les projectiles »

– « Les misérables soldats français désespérés » (on les voit alors avachis à même le sol et entourés des cadavres de bouteilles de vin)

– « Armes et guérillas de Dien Bien Phu pour anéantir les agresseurs afin de protéger leurs villages ».

Autant dire qu’en tant que français, et d’autant plus qu’étant accompagnés d’un américain, nous ne faisions pas les fiers… Un jeune vietnamien est pourtant venu discuter avec nous de cette guerre en souhaitant l’amitié à nos deux pays, et en souhaitant faire une « photo symbole de cette réconciliation ».

Nous nous sommes ensuite rendus dans les différents sites témoignant physiquement de ce passé, avec le site de la bataille étonnamment conservé intact, ainsi que le bunker dans lequel s’est réfugié le général de Castries (le chef des opérations côté français).

Les environs de la ville nous ont plu aussi, avec rizières verdoyantes, petits chemins le long des canaux d’irrigation conduisant aux villages, montagnes au loin… Nous n’avons pas regretté la location de scooter d’une demi-journée (c’est le moyen de transport le plus courant ici).

En résumé, une halte bien agréable avant de rejoindre la capitale grouillante d’Hanoi!

    3 Commentaires

  1. toujours aussi agréable de lire vos petits récits… je délecte à chaque fois. par contre j’ai une petite question à vous poser, les bikers : serait-ce les lunettes du tri d’aix que vous avez sur le nez ????
    bises de Mamy MIMI

    • Bien sûr Mamy mimi 😉 que ce sont les lunettes du tri, sans doute l’accessoire que l’on utilise le plus depuis notre départ et pour l’instant pas le moindre signe de faiblesse! Ils sont forts ces chinois!

  2. Nathan, plutôt que de me poser plein de questions sur les photos, et si tu lisais les articles de Camille, tu aurais les réponses !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *