Menu de navigation

Après avoir parcouru plusieurs milliers de kilomètres depuis notre dernier vol arrivant au Laos, nous avons repris le chemin de l’aéroport pour traverser la mer du Japon. Le vol le plus économique depuis Pékin arrivant à Nagoya, ville industrielle sans intérêt particulier, nous y avons passé une après-midi avant de prendre la route pour Tokyo.

Dès notre arrivée à l’aéroport, nous découvrons avec plaisir le raffinement japonais jusque dans les toilettes, qui sont de véritables ordinateurs de bord équipés de fauteuil chauffant, de petit jingle masquant les bruits gênants ou encore de jet et séchoir! Côté politesse, nous avons rapidement appris les bonnes manières, dès notre premier passage au petit commerce de quartier où nous sommes allés acheter… une bouteille d’eau. Le caissier, pour nous remercier de cet achat visiblement remarquable, a tenu à nous adresser sa révérence jusqu’à toucher le comptoir. Bien, on dirait qu’il faut se mettre au pli rapidement pour ne pas passer pour des ingrats…

Pour le reste, comme on pouvait s’y attendre, tout est incroyablement propre, rangé, organisé. Pour preuve, les rames superbondées du métro aux heures de pointe, où contrairement à la Chine où les voyageurs s’amassaient devant la rame avant même que les passagers puissent en descendre, ici au Japon on attend patiemment son tour en se mettant à la file indienne derrière la flèche prévue à cet effet… La ponctualité rendrait envieux n’importe quel français voyageant en train, la politesse des japonais (ne parlant pourtant que rarement l’anglais) n’est sans égal… Bref, après avoir arpenté quelques pays en développement où les conditions sont parfois un peu rudes pour nous les occidentaux qui sommes il faut bien le dire un peu précieux, on apprécie le retour au calme et au confort!

Nagoya et sa "tour Eiffel"

Voulant absolument démarrer avec les musts de la gastronomie japonaise, nous avons cherché un restaurant où déguster des sushis… eh bien même à Nagoya, qui est pourtant une grande ville, impossible de trouver un restaurant où les plats sont écrits en anglais! On croyait avoir trouvé en Chine le pays le plus compliqué pour les occidentaux, c’est bien au Japon que ça semble l’être le plus…

Après une nuit passée assis dans un bus, nous arrivons au petit matin à Tokyo. Malgré la fatigue (depuis notre nuit aventurière sur la grande muraille, les nuits ont été courtes…), nous avons eu un regain d’énergie en lisant notre guide sur Tokyo, où il semble y avoir tant à découvrir. Du palais royal au quartier de l’électronique et des mangas, en passant par le plus grand marché aux poissons au monde, les idées de visites ne nous manquent pas et il nous faudra revenir afin de poursuivre notre exploration de cette ville si gigantesque. En attendant, nous passons notre première nuit hébergés dans la banlieue de Tokyo, dans la famille de Yukari, qui est heureuse de recevoir des voyageurs étrangers faute de pouvoir voyager elle-même.

Couchsurfing chez Yukari

Le lendemain, nous partons pour une nouvelle aventure proche de l’aéroport de Narita, à une cinquantaine de kilomètres de Tokyo, dans une ferme en agriculture biologique où nous travaillerons cette semaine (article à suivre bientôt!).

    6 Commentaires

  1. Le restaurant à sushis, on dirait la tour Eiffel! Est-ce-que les sushis étaient bons ?:)

    • Oui Nathan, nos premiers sushis au Japon étaient très bons! Et c’est bien une copie en miniature de la tour Eiffel!

  2. Ils ont volé notre tour Eiffel(Combien mesure la tour sur la première photo)?

    • Bonne question les garçons… à vous de trouver l’information sur internet (petit indice : la tour se trouve à Nagoya)!

  3. camille au pays des sushis !!! tu vas te régaler…
    comme d’hab je me régale de vos petits mots et j’attends avec impatience le prochain
    Bises

    • Oui Mimi, il n’y a que la note à la fin du repas pour nous retenir d’en abuser, mais on va quand même en profiter! Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *