Menu de navigation

Déjà une petite semaine que nous avons quitté le Japon, après y avoir passé près de 3 semaines dans une atmosphère très calme et reposante comparée aux pays précédents.

En arrivant à Manille, capitale des Philippines, nous retrouvons les éléments incontournables d’un pays en développement, c’est extrêmement dépaysant en arrivant du pays du soleil levant… On troque le métro et le train nippons ultraefficaces pour les jeepneys en guise de transports en commun, les barquettes de makis des  superettes pour des repas simples dans les petites échoppes de rue, le calme et la sagesse des japonais est remplacé par la circulation chaotique et la désorganisation totale… Mais c’est bien pour cela que nous avons fait le choix de voyager, et c’est ce qui fait le charme de ce type de pays!

Nous avons eu la chance d’être accueillie chez une amie franco-philippine qui vit désormais à Manille, ce qui a grandement facilité notre arrivée dans une ville pas simple (de par ses bouchons permanents qui rendent tout déplacement compliqué, sa réputation de ville dangereuse…). Ce que l’on nous avait indiqué s’est confirmé, la capitale n’est pas ce qu’il y a de mieux à voir ni à retenir de ce beau pays, et nous n’avons donc pas cherché à nous y attarder. Un problème de bus nous a pourtant obligés à y passer une journée de plus que prévu avant de nous rendre à notre première destination ; las de la chaleur et de la suractivité de la grande ville, nous en avons profité pour faire quelques achats utiles dans les centres commerciaux très modernes – et climatisés!, ainsi que se rafraîchir dans la piscine de la résidence de notre amie 😉

Nous avons tout de même beaucoup apprécié de pouvoir communiquer très facilement avec les philippins, qui en plus d’être extrêmement souriants, parlent presque tous très bien l’anglais!

Après une nuit de bus sans vraiment fermer l’œil, changement de décor radical. Nous sommes dans la cordillère central de l’île de Luzon, du côté de la petite ville tranquille de Banaue, qui sert de point de départ pour le trekking dans la région. La zone est en effet mondialement connue pour ses paysages magnifiques, entre montagnes et rizières en terrasse entretenues depuis 2000 ans – d’ailleurs classées au patrimoine de l’humanité par l’UNESCO. Malgré ce cadre époustouflant, le tourisme est encore relativement limité, l’accès à la région n’étant pas particulièrement facile et les déplacements une fois arrivés ne se faisant qu’à pied entre les différents villages… une aubaine pour nous! Après une première journée de découverte des lieux, nous faisons le choix de nous élancer seuls pour 2 (qui se transformeront finalement en 3) jours de randonnée dans les villages alentours. Nous ne prenons pas de guide cette fois-ci, car il nous semble que la carte et le GPS de Ludo nous suffiront pour nous orienter.

La première matinée est relativement facile physiquement malgré la chaleur et l’humidité, si bien que nous décidons à midi de modifier notre itinéraire pour tenter de gravir un sommet à 2700m à une dizaine de kilomètres à vol d’oiseau. Nous sommes accompagnés d’une américaine et d’un belge rencontrés à midi dans le premier village traversé, qui ont également eu cette idée un peu plus ambitieuse que le tour classique, sauf qu’eux ont emporté nourriture, eau et tente, alors que nous sommes quant à nous partis hyper light (d’autant plus que nous pensions partir pour 2 jours et non 3). Après 2 heures de marche, l’aventure commence, puisque nous devons monter un chemin à peine tracé, mais surtout très raide. Nos deux compagnons d’aventure souffrent avec leurs chargements, si bien que nous les aidons à porter leurs affaires (voire leur sac pour Ludo!) jusqu’au sommet de notre ascension. Une fois arrivés proche du village, il fait déjà presque nuit, et cette première journée de marche se terminera à la frontale jusqu’aux quelques maisons éclairées à la lueur de bougies… Nous sommes en effet dans un village très isolé (du moins pour l’instant, puisqu’une route pourrait voir le jour proche du village), où l’électricité n’est pas encore là et où la vie est encore très traditionnelle. Après une nuit chez l’habitant, nous discutons avec notre hôte le lendemain matin, qui par chance parle anglais. Etant le maire du village, il nous raconte un peu la vie ici, dans ce village si reculé. Nous qui recherchions l’authenticité, nous vivons là une expérience bien loin des sentiers battus dont nous nous souviendrons longtemps…

Il faut pourtant repartir pour notre deuxième journée de marche, où nous devons rejoindre deux villages accessibles eux aussi uniquement à pied (nous avons finalement eu la sagesse de ne pas partir pour l’ascension du Mont Amuyao). Notre matinée a été encore plein d’imprévus, puisque le chemin indiqué sur notre carte n’est plus qu’une trace à peine visible au beau milieu de la jungle… oui, la vraie jungle où la végétation est dense, le terrain glissant et même où l’on rencontre de drôles de petites bêtes comme dans les films d’action… les sensus! Une fois venus à bout de cet environnement hostile, nous arrivons avec joie dans le petit village de Pulla où l’on accepte de nous servir… du riz (sans blague!).

La suite et fin de notre trekking sera plus classique, puisque nous rejoignons alors les sentiers plus empruntés et donc mieux tracés. Les paysages n’en sont pas moins exceptionnels, et c’est fatigués mais totalement sous le charme de cette région que nous terminons sous la pluie notre marche avant de reprendre un bus de nuit pour Manille.

    4 Commentaires

  1. je me faisais cette réflexion en admirant toutes ces photos Vous vivez ce qui pourrait être un rêve pour la plupart d’entre nous ! mais en même temps, beaucoup d’entre nous, ne seraient pas prêt et aptes à vivre ces conditions de voyages bien loin de notre quotidien ! ce voyage est extraordinaire pour deux aventuriers extraordinaires ! bravo !

  2. C’est vraiment magnifique, merci pour toutes les photos !!

  3. Ca a l’air bien sympa ! Il fait chaud ? Même en haut on dirait.

    • Oui même en prenant de la hauteur il fait bien chaud…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *